Comment se passe la transformation digitale en Afrique ?

À l’heure où le digital prend une place croissante aussi bien dans le quotidien des particuliers que des entreprises, le numérique se présente comme un véritable levier sans précédent pour l’économie du continent africain. Si l’Afrique présente un potentiel indéniable, il semble qu’elle ait pourtant encore de nombreux défis à relever. Comment se passe alors la transformation digitale en Afrique ? 

Qu’est-ce que la transformation digitale ? 

La transformation digitale implique l’intégration de technologies et de solutions digitales dans tous les domaines d’une entreprise. Il s’agit tout autant d’un changement culturel que technologique, car les entreprises doivent transformer en profondeur leur fonctionnement et la manière dont elles proposent des expériences et des avantages à leurs clients. 

Avez-vous vu cela : C'est quoi une maison clé en main ?

En Afrique, de nombreuses organisations encouragent la transformation digitale. C’est le cas des Assises de la transformation digitale en Afrique qui a récompensé Orange Madagascar pour ses nombreuses actions en faveur de la connectivité. Cliquez ici https://lexpress.mg/22/05/2023/frederic-debord-orange-madagascar-acteur-majeur-de-linclusion-numerique pour en savoir plus. 

Quel est le taux de pénétration d’internet en Afrique ? 

L’indicateur de premier plan en matière de transformation digitale, est le taux de pénétration d’internet. Le rapport annuel du digital produit par we are social et Hootsuite, révèle quelques statistiques intéressantes en la matière. Selon celui-ci, le taux de pénétration mondial d’internet en janvier 2022 est de 62,5% de la population soit un peu moins de 5 milliards d’utilisateurs. 

En parallèle : Où trouver les meilleures collections de T-shirts, Pulls, Sweats et Vestes Dragon Ball Z ?

Sur ce point, le rapport met en évidence des différences importantes en fonction des régions d’Afrique. L’Afrique du Nord ainsi que l’Afrique du Sud présentent des taux considérés supérieurs à la moyenne. 

A l’inverse, les zones d’Afrique de l’Est et d’Afrique Centrale font figure de dernier de la classe avec des taux respectifs de 24 et 26%, les plus faibles au niveau mondial. Si l’on regarde ces données à l’échelle des pays, seuls 2 pays africains vont au-delà de la moyenne mondiale : le Maroc avec un taux de pénétration de 84,1% et l’Égypte avec un taux de 71,9%.

Quelles sont les trois facettes de la transformation digitale ? 

La transformation digitale prend en compte, la transformation des processus, la transformation du modèle économique et la transformation organisationnelle et structurelle. 

  • La transformation des processus : il s’agit de modifier et d’adapter les processus et workflows clés pour répondre aux nouveaux objectifs de l’entreprise, de la concurrence et des demandes clients. Bien que les deux termes soient souvent utilisés de manière interchangeable, la transformation digitale est un sous-ensemble de la transformation de l’entreprise. Elle crée un cadre technologique connecté, offrant les fondements nécessaires pour faciliter les changements de processus.
  • La transformation du modèle économique : elle vise les éléments fondamentaux de la création de valeur dans un secteur spécifique. En substance, les entreprises utilisent la transformation digitale pour transformer leurs modèles économiques traditionnels. Dans l’industrie automobile, les technologies digitales permettent de centraliser et d’automatiser des modèles économiques basés sur abonnement et les processus de facturation associés.
  • La transformation organisationnelle et culturelle : pour réussir, une transformation digitale doit être en adéquation avec la culture et les valeurs de l’entreprise. Une perte de confiance interne, au niveau de la culture d’entreprise, peut avoir un impact sur la productivité, le sens de l’initiative et le bien-être du personnel.

Une bonne transformation organisationnelle exige une collaboration efficace ainsi que des discussions ouvertes, partant du plus haut niveau hiérarchique de l’entreprise pour rejoindre sa base. 

Elle doit préciser l’impact de cette transformation digitale sur les rôles et les workflows, mais aussi les raisons pour lesquelles les équipes de direction estiment que les risques encourus et les efforts associés en valent la peine sur le long terme.